Sessions d'informations sur l'entrepreneuriat à London et Windsor

Quand les partenaires collaborent pour organiser de sessions d'informations !
Dans le cadre des célébrations de la Semaine Mondiale de l’Entrepreneuriat, la Société Economique de l’Ontario (SEO), le Conseil de la Coopération de l’Ontario (CCO), le Collège Boréal ainsi que le Réseau en Immigration francophone du CSO, ont organisé en novembre des sessions d’informations sur l’entrepreneuriat privé et social dans les villes de London et Windsor. Ces initiatives ont été menées respectivement par le Comité Local en Immigration Francophone de London et  le Comité Local en Immigration Francophone de Windsor Essex Chatham Kent. Nos partenaires nous en disent plus...

Session information

 

Entrevue avec Clément Panzavolta, Conseil de la Coopération de l'Ontario (CCO)

Ecouter l'entrevue : 

 

Entrevue avec Fairouze Touni, Société Economique de l'Ontario (SEO)

 

  • RIFCSO : Bonjour Fairouze. Pourriez-vous en quelques mots nous présenter votre organisme La Société Economique de l’Ontario (SEO) ? 
  • Fairouze Touni (FT) : Bonjour. Je suis Fairouze, agente de développement économique à la Société Economique de l’Ontario. Je couvre le territoire du Sud-Ouest de l’Ontario, de Kitchener à Windsor, en passant par London et Sarnia. La Société Economique de l’Ontario est un réseau provincial qui fait preuve d’innovation et de dynamisme dans le développement économique, l’entrepreneuriat, l’employabilité et l’immigration pour la consolidation de l’espace économique francophone et bilingue de l’Ontario.

 

  • RIFCSO : Le 20 novembre dernier, sur l’initiative du Comité Local en Immigration Francophone de London et avec la collaboration du Collège Boréal et du Conseil de la Coopération de l’Ontario (CCO), vous avez organisé une session d’information sur l’entrepreneuriat privé et social. Pourquoi était-il important pour vous d’organiser une session commune avec vos partenaires communautaires ?
  •  FT : Tout d’abord, je suis pour la collaboration et le partenariat. Tout seul, un organisme ou une personne n’a pas le même impact sur la communauté. Je suis non seulement employée de la Société Economique de l’Ontario mais je suis aussi un membre actif du Comité Local en Immigration Francophone de London pour lequel je me suis vue attribuée le volet entreprenariat et employabilité de notre plan de travail. Cette initiative du CLIF s’alignait parfaitement avec le mandat de la SEO.  Après discussion avec le RIFCSO, le Collège Boréal et le Conseil de la Coopération de l’Ontario, nous avons choisi de mener cette activité commune. Tous les quatre, nous croyons à la collaboration et au partenariat. Nous avons non seulement une complémentarité dans les programmes et les services que nous proposons mais en plus nous couvrons le même territoire. Ces éléments ont facilité la communication.
  • Quel était l’objectif de cette après-midi ? Qui était le public visé ? 
  • FT : La session s’adressait aux entrepreneurs potentiels. Mais il ne faut pas oublier que ce sont avant tout des nouveaux arrivants francophones qui s’établissent petit à petit dans la région. L’objectif de cette session était d’offrir des informations sur les différentes alternatives d’entreprenariat à savoir entreprise privée versus entreprise sociale ainsi que sur les ressources existantes. Nous avons également fourni un ensemble de enseignements sur « Comment devenir entrepreneur » et des astuces sur le « développement de potentiel ».
    La communauté a réellement apprécié cette initiative. Il s’agissait de la première du genre. Les partenaires locaux et les participants ont aimé l’information partagée. Après la session, j’ai eu rapidement des retours de personnes intéressées à approfondir leurs connaissances sur l’entreprenariat et à partager leurs idées pour se lancer en affaire. Pour un nouvel arrivant, le domaine des affaires est parfois un peu mystérieux mais notre rôle est de démystifier ce secteur grâce à de l’information, tout en les aiguillant vers les services existants dans la communauté avec qui nous collaborons aussi. Que ce soit au Collège Boréal, au CCO ou à la SEO, avec l’appui du CLIF, nous avons des réseaux qui appuient beaucoup les nouveaux arrivants et nous les guidons aussi dans leurs démarches entrepreneuriales.
  • RIFCSO : Un speednetworking a été proposé pendant près de 45 minutes. Quelle est l’importance du réseautage dans l’entreprenariat ?  
  • FT : Le réseautage comme tel est important, que ce soit dans l’entreprenariat ou l’employabilité. Tout seul, on ne fait rien. On a donc essayé de montrer que les nouveaux arrivants ne sont pas seuls. Ce speednetworking s’est donc non seulement fait entre eux, d’une personne à l’autre, mais aussi avec nous, les partenaires. Nous les avons initiés à ce mode de vie canadienne, qui demande parfois de l’adaptation. Certains représentants des organismes francophones étaient également présents. Ces partenaires n’étaient pas forcément en lien avec l’entreprenariat mais ce sont des fournisseurs de services qui peuvent appuyer les nouveaux arrivants et créer un milieu chaleureux pour faire sortir les nouveaux arrivants francophones de l’isolement. Le réseautage reste donc un incontournable et nous le mettrons au cœur d’autres activités que nous allons organiser prochainement. Cela permet de se faire connaître, de monter son réseau et d’aboutir soit à l’emploi rêver soit à la création d’une affaire. Le réseautage peut réduire les processus, il peut aider à percer dans un domaine et rapprocher la communauté.
  • RIFCSO : La SEO a-t-elle d’autres opérations en vue pour les prochains mois ?
  • FT : La SEO croit beaucoup en la collaboration avec les organismes régionaux et provinciaux. Dans cette perspective, nous avons par exemple une activité prévue en mars avec le CLIF de London et sur laquelle nous sommes en train de travailler. Le réseautage sera mis en avant et nous allons essayer de le jumeler soit avec l’emploi, soit avec le bénévolat ou les deux. Nous allons bientôt communiquer sur ce sujet ! Par ailleurs, avec les partenaires anglophones de London, nous souhaitons organiser une session de travail pour identifier les rôles des partenaires, les moyens d’assurer la visibilité de nos services et l’avancement et l’épanouissement de nos entrepreneurs dans la région de London.
  • RIFCSO : Quel message souhaiteriez-vous faire passer aux entrepreneurs potentiels francophones ?
  • FT : Approchez les fournisseurs de services pour demander le maximum d’information. Nous sommes là pour vous servir, pour vous outiller tant que possible. Ayez confiance en vous car c’est l’étape numéro 1 pour conquérir un marché ou pour créer quelque chose. Souvent, nos prestations sont gratuites car nous sommes financés par le gouvernement pour offrir des services aux nouveaux arrivants francophones. Donc, n’hésitez pas à demander de l’aide et obtenez le plus d’informations possibles pour vous outiller et faciliter votre démarrage.