Actualités

La communauté francophone s'engage : synthèse du forum communautaire de HIPC

Le 1er mars dernier, la Communauté francophone a répondu présente à l'invitation du Hamilton Immigration Partnership Council (HIPC) pour participer à son forum communautaire, ayant lieu dans les locaux du Centre de science David Bradley, juste en face de l’Hôtel de Ville. Cet événement annuel, organisé dans le cadre de la révision des activités de HIPC, a vu la participation active des membres des communautés francophones, mobilisés par la Communauté francophone accueillante (CFA) Hamilton.

Un forum communautaire pour discuter des conclusions du sondage des immigrants 2023

HIPC Community Forum French Poster

L'année dernière, HIPC a lancé la toute première enquête sur les immigrants de Hamilton et a recueilli environ 700 voix d'immigrants. Ce sondage a voulu documenter les expériences des immigrants sur divers sujets, notamment le logement, le revenu et le sentiment d'appartenance, et a également recueilli les recommandations des immigrants.

Le forum communautaire 2024 de HIPC s’appuie sur les résultats de ce sondage en offrant un espace pour que des voix diverses se rassemblent, partagent et imaginent les orientations futures pour HIPC.  Pour la première fois, cette révision du plan d'action s'est déroulée sous la forme d'un forum avec des tables de discussion, dont une réservée spécifiquement aux communautés francophones, et qui a rapidement affiché complet.

Les résultats du sondage Hamilton Immigrant Survey 2023 ont mis en lumière plusieurs domaines prioritaires :

  • Emploi : Près de la moitié des participants ont identifié la recherche d'emploi comme leur principal défi, tandis que la moitié occupe des postes qui ne correspondent pas à leurs compétences.
  • Logement : La moitié des répondants ont souligné la difficulté de trouver un logement abordable, avec 40% ont déclaré que leur logement actuel n'était ni abordable ni approprié.
  • Connexions sociales : Un tiers des participants ont exprimé un sentiment d'isolement, tandis que près de 30% ont identifié la difficulté à se faire des amis comme un défi majeur.
  • Discrimination : Près de 40% des répondants ont signalé avoir été victimes de discrimination, principalement en milieu professionnel.
  • Soins de santé : L'accessibilité aux soins de santé reste un défi pour 26% des participants, avec un besoin non satisfait de services d'interprétation en santé pour 23% d'entre eux.
  • Coût de la vie : 60% ont cité le coût de la vie comme leur plus grand défi, avec près de 70% déclarant que leurs revenus actuels ne suffisaient pas à couvrir leurs besoins.

Le résultat complet du rapport peut être retrouvé ici : Infographie (en anglais seulement) | Rapport sommaire (en anglais seulement) | Rapport détaillé (en anglais seulement)

En attendant la sortie d’un rapport complet qui synthétisera les points essentiels mentionnés et le nouveau plan communautaire de HIPC suite aux commentaires recueillis, le tableau d’idées sur place a montré « une grande discussion sur les jeunes, les besoins spécifiques des populations et les difficultés d’accès aux cours de langue anglaise en raison d’une longue liste d’attente. » - a précisé Sarah Wayland, gestionnaire senior de projet, HIPC.

Forum communautaire HIPC CFA Hamilton Nabila Sissaoui et les membres resizedSarah Wayland (Deuxième à gauche) et Nabila Sissaoui (4è à gauche) avec les membres de HIPC

La présence de la communauté francophone au forum

Les discussions ont été riches, avec une contribution significative des membres de la communauté francophone qui ont apporté leur perspective unique et des suggestions constructives.
Forum communautaire HIPC CFA Hamilton Arwinder Kaur resizedArwinder Kaur du Conseil scolaire Viamonde a représenté la table pour partager ses idées aux participant.es du forum

 « Les communautés francophones sont une composante importante de la population des nouveaux arrivants de Hamilton qui peuvent avoir des besoins d'établissement particuliers, comme une double barrière linguistique. Après avoir consulté Nabila Sissaoui (coordinatrice du projet CFA Hamilton), nous avons pensé qu'il était important d'organiser une table sur ces besoins et de permettre aux participants francophones de s'exprimer dans la langue de leur choix. » - a mentionné Sarah Wayland.

 "Je suis ici pour représenter non seulement ma communauté burundaise francophone, mais aussi toutes les communautés francophones. Je souhaite que les services francophones bénéficient d'une plus grande visibilité." – a partagé une membre de la communauté présente au Forum.

 « La communauté francophone a apprécié d'être invitée à contribuer au forum de HIPC, afin d'encourager les acteurs du milieu à prendre conscience des défis supplémentaires vécus par les francophones et d'aligner nos réponses. Nous avons particulièrement apprécié les efforts du HIPC à identifier les défis majeurs vécus par les nouveaux arrivants, et à développer une série d'outils concrets pour lutter contre. Nous avons partagé notre souhait de voir HIPC davantage agir comme un allié des organismes francophones, en sensibilisant les prestataires de service et les travailleurs de première ligne à l'importance de référer activement aux services en français, de promouvoir les atouts de la langue française et du bilinguisme, et d'augmenter les collaborations et l'appui aux organismes francophones du secteur. »- a conclu Julie Jardel, directrice générale du Centre francophone Hamilton et porte-parole du Conseil consultatif de la CFA Hamilton.

Une petite surprise a également marqué le début de l'événement : la reconnaissance des territoires a été effectuée en français par Nabila Sissaoui, coordinatrice du projet CFA Hamilton, soulignant ainsi l'importance du bilinguisme dans cette ville désignée qui accueille avec fierté le projet Communauté francophone accueillante depuis maintenant quatre ans.

 

Le projet CFA Hamilton est l'une des 14 communautés francophones accueillantes mises en place par IRCC depuis 2019 pour renforcer le parcours d’intégration francophone dans le cadre du Plan d’action pour les langues officielles. Le projet vient d’être renouvelé pour une autre période de quatre ans. Pour en apprendre plus sur ses initiatives, visitez ce lien.

En résumé, le forum communautaire de la communauté francophone a été un succès retentissant, témoignant de l'engagement et de la volonté des francophones de contribuer activement à l'élaboration de solutions inclusives et durables pour l'ensemble de la communauté immigrante de Hamilton.

Caravane à Sarnia et l’initiative Une nouvelle vie à Sarnia – pourquoi pas ? (partie 3)

Caravane à Sarnia et l’initiative Une nouvelle vie à Sarnia – pourquoi pas ? (partie 3)

Suite à notre série portant sur l'initiatve Caravane à Sarnia, nous vous invitons à découvrir un témoignage de Burcu Suer, conseillère en employabilité de la Société Économique de l'Ontario.

Le 22 novembre, Burcu Suer est partie à Sarnia avec le comité d'organisation et près de 40 nouveaux arrivants francophones, qualifiés et talentueux, ainsi que leurs familles, venant de différentes régions, à la découverte de la magnifique région de Sarnia-Lambton.

Nous avons interviewé les acteurs clés de ce projet.

 Bonjour, pourriez-vous vous présenter ? 

Je m'appelle Burcu Suer. Je suis conseillère en employabilité à la Société Économique de l’Ontario (SÉO), à Toronto.

Que pouvez-vous dire sur les nouveaux arrivants francophones dans votre région ? D’où viennent ils majoritairement ? Quels sont les principaux domaines d’emploi qu’ils peuvent exercer ? 

La région de Toronto attire un grand nombre d’immigrants francophones à cause de son environnement cosmopolite. En général, les nouveaux arrivants francophones sont hautement qualifiés et proviennent de différents pays et de divers domaines professionnels tels que la finance, l'ingénierie, l'enseignement, et les services à la clientèle.

toronto sunrise

Quels seraient les plus gros défis auxquels ils doivent faire face actuellement en venant dans votre région et quelles seraient les solutions à mettre en place selon vous ? 

Parmi les difficultés rencontrées figurent le manque de l’information sur le marché du travail, les barrières linguistiques, l'obtention de l'équivalence des diplômes pour les professions réglementées, la recherche d'un logement et le besoin d'aide financière. Pour soutenir les nouveaux arrivants et les aider à surmonter les défis, il est important de leur apporter un soutien personnalisé adapté à leurs besoins, de leur fournir des informations sur les programmes et les services et de les mettre en contact avec des employeurs et des prestataires de services.

Qu’est-ce qui vous a amené à contribuer au projet Caravane de Sarnia ? Comment votre organisme a contribué au projet ?  Qu’en-est il pour la suite ? 

Ce projet est prometteur dans la mesure où il facilite la découverte des possibilités de vivre et de travailler à Sarnia, qui offre de nombreux avantages par rapport à une métropole, tels qu’un coût de la vie plus bas, une qualité de vie plus élevée, une diversité d’emplois et de secteurs d’activité, et une contribution à l'essor des communautés francophones.  À la SÉO, je parle de ce projet aux nouveaux arrivants et j'assure un suivi avec eux pour les aider à découvrir des opportunités dans leur domaine professionnel, à réviser leur CV, à se préparer aux entretiens et à vivre l'expérience d'une visite guidée pour voir physiquement la ville et rencontrer les employeurs.

Un des objectifs de l’initiative annoncé par le RIFCSO, c’est de créer un lien entre les employeurs bilingues et les fournisseurs en employabilité dans la région de Toronto et Peel. Pensez-vous que cela a été atteint ? 

Je pense que oui, car nous avons établi des liens lors de la visite du 22 novembre. Cependant, il y a encore du travail à faire, en termes de suivi dans la prochaine étape du projet.

Est-ce que vous voyez des possibilités pour vos clients de venir s’installer à Sarnia-Lambton ?  

Je vois certainement cette possibilité. La ville offre de nombreuses possibilités et est très accueillante.

CCF SarniaGinette Prévost au kiosque d'information du Centre communautaire francophone Sarnia Lambton à l'accueil de la caravane

Merci beaucoup pour votre temps! 

Caravane à Sarnia et l’initiative Une nouvelle vie à Sarnia – pourquoi pas ? (partie 2)

Caravane à Sarnia et l’initiative Une nouvelle vie à Sarnia – pourquoi pas ? (partie 2)

Le 22 novembre, les membres de l'équipe du Réseau en immigration francophone du Centre Sud Ouest de l'Ontario (RIFCSO) ont eu le plaisir d'accompagner près de 40 nouveaux arrivants francophones, qualifiés et talentueux, ainsi que leurs familles, venant de différentes régions, à la découverte de la magnifique région de Sarnia-Lambton. Ils ont eu l'opportunité de découvrir les nombreuses perspectives d'emploi, les avantages d'une vie épanouissante, la communauté francophone dynamique et, bien sûr, les différentes options de logement disponibles.

Nous avons interviewé les acteurs clés de ce projet. Pour cette partie, nous avons rencontré une des participant.es. Vous pouvez lire la première entrevue avec Nabila Sissaoui en cliquant ici. 

Bonjour, pouvez-vous vous présenter et nous décrire brièvement votre parcours au Canada ?

Bonjour je viens de l'Algérie. J'ai récemment immigré au Canada (près de 3 mois) dans le but de démarrer une nouvelle vie et évoluer dans ma carrière professionnelle. J'ai choisi de m'établir en premier lieu à Toronto mais je reste ouverte à l'idée de m'établir ailleurs et de découvrir d'autres villes du Canada. Comme je suis nouvelle arrivante, mon parcours reste limité. Actuellement je suis ouverte aux opportunités de travail.

Qu’est-ce qui vous a incité à participer à cette visite de la région de Sarnia ?

J'ai souhaité participer à cette visite dans l'objectif de découvrir la ville et peut-être envisager de m'y installer si une opportunité de travail se présente à moi.

Qu’est-ce que vous avez apprécié le plus lors de cette visite ?

J'ai énormément apprécié l'accompagnement et le dynamisme de l'équipe organisatrice de la visite. J'ai aussi apprécié l'approche de la visite entre découvrir la ville et la culture de la région avec la présentation des opportunités de travail au sein de la région. 

Avez-vous rencontré un/des employeurs qui embauche ? Où en êtes-vous dans votre recherche d’emploi après cette visite ?

Oui, j'ai bien rencontré des employeurs qui embauchent mais malheureusement ces opportunités de travail ne correspondent pas forcément à ce que je cherche ou à mon profil. Aujourd'hui je suis toujours à l'écoute du marché de travail et je continue à proposer ma candidature aux employeurs.

Caravane Sarnia equipe de la villeQuelques départements de la municipalités étaient présents pour échanger avec les participant.es

Comment cela pourrait vous aider dans votre recherche d’emploi et/ou de logement ou dans votre intégration à la vie canadienne ?

Cette visite m'a permis de découvrir la région et mieux visualiser mon établissement hors de ma ville actuelle. La visite m'a aussi permis de rencontrer des employeurs et de discuter d'éventuelles opportunités de travail. Ceci me permettra de réussir mon projet d'immigration au Canada.

Merci pour votre partage et bonne chance pour votre recherche du travail! 

Vous pouvez apprendre plus sur cette initiative en visitant ces liens : 

Caravane à Sarnia et l’initiative Une nouvelle vie à Sarnia – pourquoi pas ? (Partie 1)

Le 22 novembre, les membres de l'équipe du Réseau en immigration francophone du Centre Sud Ouest de l'Ontario (RIFCSO) ont eu le plaisir d'accompagner près de 40 nouveaux arrivants francophones, qualifiés et talentueux, ainsi que leurs familles, venant de différentes régions, à la découverte de la magnifique région de Sarnia-Lambton. Ils ont eu l'opportunité de découvrir les nombreuses perspectives d'emploi, les avantages d'une vie épanouissante, la communauté francophone dynamique et, bien sûr, les différentes options de logement disponibles.

Nous avons interviewé les acteurs clés de ce projet. Pour cette première partie, nous avons rencontré Nabila Sissaoui.

Nabila Sissaoui RIFCSO animer bus SarniaNabila Sissaoui donne les informations concernant le marché d'emploi à Sarnia aux participants dans le bus

Bonjour Nabila Sissaoui, pourriez-vous vous présenter et nous expliquer le rôle que vous jouez dans le dossier de l’immigration francophone de Sarnia ?

Bonjour, je suis coordinatrice des événements spéciaux et également agente de projet pour la région de Sarnia-Lambton au sein du RIFCSO. Cela fait maintenant quatre ans que je coordonne le Comité local en immigration francophone de Sarnia-Lambton (CLIF Sarnia-Lambton) avec le soutien de sa porte-parole Tanya Tamilio, présidente du Centre communautaire francophone de Sarnia-Lambton. Il s'agit d'un mécanisme de concertation mis en place par le RIFCSO suite à la demande des membres de la communauté francophone de Sarnia, afin de rassembler les acteurs francophones autour des enjeux de l'immigration francophone et d'améliorer la coordination du dossier de l'immigration francophone dans la région. L'objectif principal est de favoriser l'accueil, l'établissement et l'intégration réussie des immigrants francophones au sein de cette dernière.

Sarnia PhotoTanya Tamilio (à gauche) et des membres du CLIF Sarnia Lambton au lancement de la table en 2019

Pouvez-vous nous parler de l’initiative Caravane – Une nouvelle vie à Sarnia, pourquoi pas ? Quel est le but de cette initiative ?

Il s'agit d'une initiative inscrite dans le plan d'actions du CLIF de Sarnia Lambton, qui découle du plan régional du RIFCSO. Notre objectif est d'encourager la régionalisation des centres de population vers des régions moins densément peuplées dans le Centre Sud-Ouest, dans l'Est et également dans le Nord de l'Ontario. Lorsque nous parlons des centres de population, nous faisons notamment référence au Grand Toronto, qui accueille environ 70% des nouveaux résidents permanents de la province chaque année.

Toutes les conditions étaient réunies lorsque nous avons constaté la motivation de la région, exprimée à travers l'engagement municipal et des acteurs économiques de la région, la motivation des organismes communautaires via le CLIFSL, et l'engagement des fournisseurs de services en employabilité et des associations ethnoculturelles des régions de Toronto et de Peel.

Près de 40 nouveaux arrivants et membres de leurs familles ont participé à cette journée. Ils ont été chaleureusement accueillis par le maire Mike Bradley et son équipe à la Galerie d'art Judith et Norman. Ils ont également eu l'occasion de visiter le centre-ville et le bureau de Tourisme Sarnia-Lambton afin de mieux connaître la ville. Enfin, ils se sont rassemblés au CCF Sarnia Lambton pour une foire d'emploi qui leur était exclusivement dédiée. Une dizaine d'employeurs ainsi que les organismes communautaires étaient présents pour discuter de leurs offres d'emploi et des services disponibles en français.

Caravane Sarnia Foire d EmploiUn représentant de Sarnia Manufacturing Centre (SMC - Shell) en train de discuter avec un des participant.es lors de la foire d'emploi

Qui sont les principaux partenaires de ce projet pilote ?

Pour cette première édition, nous avons travaillé en étroite collaboration avec de nombreux organismes des régions de Sarnia-Lambton, Toronto et Peel.

Nous avons notamment collaboré avec le Sarnia Lambton Workforce Development Board (SLWDB) pour obtenir les dernières études et statistiques sur les professions en demande dans la région de Sarnia-Lambton, ainsi que les postes bilingues disponibles.

Nous avons également établi des partenariats avec des fournisseurs de services en employabilité francophones tels qu'Acces Employment, Collège Boréal, le Centre francophone du grand Toronto et la SÉO afin de mobiliser et de rejoindre des candidats qualifiés.

Du côté de Sarnia, Goodwill Career Centre, Workplace Group, SLWDB et Sarnia Lambton Economic Partnership nous ont appuyé et soutenu dans la mobilisation et la participation des employeurs à la mini-foire d'emploi. Leur collaboration et leur engagement ont permis d'attirer un large éventail d'employeurs locaux à l'événement, offrant ainsi de nombreuses opportunités d'emploi aux participants.

Le RIFCSO, avec le soutien du CCFSL, a joué un rôle de facilitateur et de promoteur de l'initiative, non seulement pour engager les partenaires dans le projet, mais aussi pour assurer la coordination des différentes rencontres de travail et de la logistique de la visite découverte. Je tiens à remercier spécialement notre partenaire Tanya pour son dynamisme et son soutien considérable tout au long du projet.

La journée a été intense et longue pour tous, notamment en raison des nombreux arrêts de découverte de quelques lieux clés à ne pas manquer. Cependant, nous sommes ravis que cette initiative se soit concrétisée et qu'elle ait été un succès, appréciée par l'ensemble des participants et des partenaires. Un lien significatif a été établi entre les employeurs présents et les candidats potentiels, ainsi qu'entre les employeurs et les fournisseurs de services en employabilité francophones.

Caravane Sarnia Foire d Emploi 1

Pourriez-vous partager avec nous les réalisations du CLIF Sarnia Lambton avant l’initiative « Une nouvelle vie à Sarnia, pourquoi pas »?

Le CLIF Sarnia-Lambton réunit divers représentants d'organismes communautaires qui contribuent à l'accueil et à l'appui dans l'intégration des nouveaux arrivants francophones. Parmi ces organismes, on retrouve le Centre communautaire francophone de Sarnia Lambton, le Collège Boréal, les deux conseils scolaires Viamonde et Providence, l'Assemblée de la francophonie de l’Ontario, le Carrefour Des Femmes du Sud-Ouest de l'Ontario, le Réseau des femmes du SOO, le Centre communautaire francophone de London, et bien d'autres. Cependant, il est important de souligner que ce ne sont pas seulement des organismes, mais aussi des individus et des membres de la communauté qui sont particulièrement motivés et engagés dans l'accueil et l'intégration des nouveaux arrivants francophones dans la région.

Ensemble, nous avons entrepris plusieurs initiatives visant à rendre la région plus attrayante et accueillante :

  • Nous avons élaboré une visualisation du parcours d'intégration des francophones à Sarnia-Lambton, permettant aux nouveaux arrivants francophones de se familiariser avec les ressources disponibles pour obtenir de l'aide à leur arrivée.
  • Nous avons réalisé une analyse des besoins des immigrants francophones ainsi que des organismes francophones de la région, ce qui a abouti à l'élaboration d'un cadre stratégique visant à soutenir l'immigration économique à Sarnia, une initiative du RIFCSO et CLIFSL, financée par IRCC.
  • Nous appuyons la mise en œuvre du plan communautaire élaboré par le Centre communautaire francophone de Sarnia-Lambton.
  • Actuellement, nous travaillons sur le développement d'une stratégie de promotion et d'attraction de la région, où l'initiative de la Caravane à Sarnia - Une nouvelle vie à Sarnia, pourquoi pas ?  est l'une des actions entreprises.

Grâce à ces efforts, nous espérons favoriser la croissance économique, la diversité culturelle et renforcer le tissu social de Sarnia-Lambton.

parcours dintgration francophone sarniaParcours d'intégration francophone Sarnia Lambton

Y-a-t-il d’autres travaux réalisés pour améliorer la vie en français dans la région ?

Oui, bien sûr. À la fin de l'année 2021, la ville de Sarnia a reçu une excellente nouvelle : Sarnia est devenue la 27e région désignée en vertu de la Loi sur les services en français. Cela signifie que d'ici le 1er novembre 2024, la province devra fournir ses services en français aux habitants de Sarnia. Ce résultat est le fruit du travail du Regroupement des organismes francophones de Sarnia-Lambton, représenté par Tanya Tamilio, qui est également porte-parole du CLIF Sarnia-Lambton, ainsi que du Centre culturel Jolliet, représenté par Normand Prévost.

D'ailleurs, le maire Mike Bradley de Sarnia est largement reconnu au sein de la communauté francophone pour son soutien continu à l'amélioration des services destinés aux francophones dans sa région.

Maire Mike Bradley SarniaLe maire Mike Bradley de Sarnia à l'accueil des participants de la caravane

 Quels sont, selon vous, les défis actuels auxquels la région de Sarnia doit faire face en matière de l’immigration francophone ?

La région présente un taux de croissance démographique de 1,2 %, comparé à 5,8 % pour l'ensemble de la province, ce qui suscite des inquiétudes, d'autant plus que la population vieillit et que le nombre d'admissions de nouveaux résidents permanents est modeste. Malgré les nombreuses opportunités d'expansion dans la région, les défis majeurs auxquels sont confrontés les nouveaux arrivants francophones résident principalement dans le faible taux de francophones et le manque significatif de services en français.

En ce qui concerne le taux de francophones, la région de Sarnia fait face à une proportion relativement faible de francophones par rapport à d'autres régions de la province. Cela peut entraîner un sentiment d'isolement pour les nouveaux arrivants francophones, rendant l'intégration sociale et culturelle plus difficile. L'accès à des services essentiels tels que les soins de santé, les services de santé mentale, les garderies et les connexions communautaires en français peut être limité.

Ces défis nécessitent une attention particulière de la part des autorités locales, des organismes communautaires et des décideurs afin de développer des initiatives visant à améliorer l'accès aux services en français et à renforcer la présence francophone dans la région. Je pense qu’en travaillant de manière collaborative et en mobilisant les différents acteurs de la communauté, il est possible de relever ces défis et de créer un environnement accueillant et inclusif pour les nouveaux arrivants francophones dans la région de Sarnia.

Quelles autres démarches initiées par la région Sarnia pour rendre la région plus attractive et accueillante pour les nouveaux arrivants en général et francophones en particulier ?

Suite à la publication et à la présentation du cadre stratégique visant à soutenir l'immigration économique à Sarnia aux acteurs et décideurs locaux et en s'inspirant des recommandations incluses dans le rapport, la région a lancé un groupe de travail sur l'immigration appelé Sarnia-Lambton Immigration Task Force. Les membres du comité de pilotage comprennent plusieurs leaders et décideurs de la région qui travaillent ensemble pour remédier aux pénuries de compétences dans la région de Sarnia-Lambton.

Le groupe est subdivisé en quatre sous-groupes, chacun spécialisé dans un domaine spécifique, tels que le Groupe Collège, le Groupe en employabilité et développement économique, le Groupe sur les actions communautaires et un groupe dédié au système. L'objectif est de favoriser la croissance, la diversification et le renforcement de Sarnia-Lambton grâce à une approche stratégique de l'immigration. Cette approche se concentre sur le soutien aux étudiants internationaux dans leur parcours vers la résidence permanente ainsi que sur l'attraction d'immigrants travailleurs qualifiés et de leurs familles, qui seront en mesure de stimuler la croissance économique et la durabilité de la région.

Tanya Tamilio, présidente du CCF Sarnia-Lambton et porte-parole du CLIF Sarnia-Lambton, siège au groupe de travail pour apporter la perspective des francophones, assurer un alignement dans les efforts d'immigration et renforcer la collaboration entre différents acteurs. Son rôle est de veiller à ce que les besoins et les préoccupations des francophones soient pris en compte dans les discussions et les décisions du groupe de travail. Elle travaille en étroite collaboration avec les autres membres pour s'assurer que les initiatives d'immigration tiennent compte de la diversité linguistique et culturelle de la région.

Merci beaucoup pour l'entrevue!

Vous pouvez apprendre plus sur cette initiative en visitant ces liens : 

Vidéo : Un petit message du maire Mike Bradley à l'accueil des participants de la caravane à la gallerie d'art Judith et Norman Alix.

Vous pouvez activer la traduction automatique par : Cliquer sur Paramètre ➡️ Sous-titre : Anglais ➡️ Sous-titre : Traduction automatique : Français. 

 

La terre accueillante London souligne la Semaine nationale de l’immigration francophone avec fierté

La terre accueillante London souligne la Semaine nationale de l’immigration francophone avec fierté

Le 10 novembre dernier, le comité local en immigration francophone de London et des comtés environnants (CLIF LCE), a souligné la 11è Semaine nationale de l’immigration francophone par une activité sous la fibre entrepreneuriale : « Bâtir ensemble une terre d'accueil et d'opportunités économiques francophones à London. » L’événement a été ouvert par le message de bienvenue (vidéo) du Maire Josh Morgan de la Ville de London et poursuivi par plusieurs activités intéressantes. Ce fut non seulement une belle célébration communautaire, mais notamment une opportunité intéressante pour mettre en avant les entrepreneurs francophones dans la région de London.

Un paysage d’entrepreneurs francophones diversifié dans la région de London

À travers la projection de courtes vidéos réalisées par le Réseau en immigration francophone du Centre Sud Ouest (RIFCSO), en collaboration avec la Société économique de l’Ontario et les membres du CLIFLCE, cinq portraits d’entrepreneurs francophones ont été mis en avant devant une cinquantaine de participants.

Vue generale de la salle

Des idées commerciales aux projets d’entreprises, que ce soit dans la fabrication de chocolats (Chocolatier Forrat), les services informatiques (Keza-iTech), l’application de l’intelligence artificielle en éducation (Arlinear), la fabrication de meubles utilisant de l’epoxy (Adamas Epoxy) ou un projet de cohabitation volontaire (projet Loginton), le partage de leurs parcours diversifiés a été riche et inspirant. Les messages transmis ont été entendus haut et fort.

Les entrepreneurs participant au témoignage n’ont pas oublié de souligner l’apport des différents organismes communautaires pour la concrétisation de leurs projets d’entreprise, notamment la SÉO, dont le mandat est de soutenir les entrepreneurs francophones dans la région, et le Centre communautaire francophone de London (CCFL), qui a pour mission d’aider les nouveaux arrivants à s’installer et à s’intégrer à la vie canadienne à leur arrivée.

« Que ce soit à London au Canada, au Brésil, en France ou en Algérie, en tant qu’entrepreneurs immigrants, on a tous les mêmes défis : les challenges d’adaptions, les défis financiers ou de ressources humaines. Mais il ne faut pas se laisser abattre, il faut continuer à se battre. Et puis, il faut aimer le Canada, le nouveau pays qui t’accueille. Il faut redonner aux communautés et travailler ensemble comme une communauté. » a partagé Marc Forrat, propriétaire de la Chocolaterie Forrat.

Marc Forrat un de s entrepreneurs mis en avant

 

Des entrepreneurs participant au témoignage, présents dans la salle, ont également pris la parole pour encourager les entrepreneurs immigrants potentiels à se lancer et à rechercher des orientations et ressources adéquates pour mener à bien leur projet.

 

Une belle célébration communautaire

Organisée dans les locaux du Collège Boréal, l’activité était le fruit d’un travail collaboratif des membres du comité local de l’immigration francophone de London et des comtés environnants, coordonné par Rosa Atmani, agente de projet en charge de la région de London, RIFCSO. Plusieurs organismes ont été actifs dans la préparation et l’organisation de l’activité, notamment le Collège Boréal, la Société économique de l’Ontario, le Partenariat local en immigration de London Middlesex, le CCFL, et d’autres. L’événement s’est déroulé dans les deux langues officielles du pays, symbolisant ainsi « un témoignage puissant, une unité et une collaboration entre les partenaires francophones du CLIFLCE/RIFCSO avec le LMLIP et ses membres. » - a souligné Rosa Atmani.

Session de reseautage

Des tables de présentation lors de l’événement ont permis aux organismes communautaires et aux entrepreneurs francophones d’avoir un échange ouvert et constructif sur la manière dont ces derniers peuvent bénéficier davantage des appuis fédéraux, provinciaux et municipaux.

Le groupe DX Percussions a offert aux participants un rythme de percussions africaines de Djembé, créant une ambiance de détente et de repos, tout en accompagnant les mets et rafraichissements servis sur place.

Djembe Grpe DX percussion 1

L’activité a eu lieu juste deux jours après l’annonce officielle de la province d’un budget de 800 000$ pour soutenir les entrepreneurs francophones dans le cadre de la Stratégie de développement économique francophone. Espérons voir davantage d’entrepreneurs francophones dans la région de London!

Les autres activités initiées par les organismes partenaires du RIFCSO pour souligner la Semaine

Près de 300 participants se sont joints au CCFL le 11 novembre pour célébrer ensemble la 11è édition de la Semaine dans la région de London, en présence de différents groupes ethnoculturels de la région. C’est la deuxième année consécutive que le CCFL a pris l’initiative de cette célébration, visant à rassembler les diverses communautés ethnoculturelles francophones autour d’un repas culturel.

L’organisateur a profité de l’occasion pour inviter Badrieh Kojok, agent de l’Agence du revenu du Canada (ARC) afin que cette dernière informe les participants sur les avantages fiscaux que certains francophones ont peut-être négligés. Des auteurs francophones issus de l’immigration ont également été mis en lumière, notamment Nisrine Zaidan et Gaston Mabaya.

Le Réseau Franco Santé du Sud de l’Ontario a animé une formation en ligne intitulée « Les compétences culturelles en santé », qui a attiré une quarantaine de participants. Durant cet événement en ligne, Dr. Mamadou Ka, politologue et professeur associé à l'Université de Saint-Boniface et à l'Université du Manitoba, conférencier, consultant en gestion de la diversité et éducateur en compétence culturelle, a aidé les participants à découvrir des stratégies pratiques pour améliorer la communication interculturelle, la compréhension des croyances et des pratiques culturelles, ainsi que la fourniture de soins respectueux de la diversité culturelle.

Analyse des besoins des immigrants francophones dans la région de Toronto et de Peel

Analyse des besoins des immigrants francophones dans la région de Toronto et de Peel

Article rédigé par Richard Caumartin, publié sur Le métropolitain le 16 novembre 2023. L'article original peut être retrouvé en cliquant ici.

Le Réseau en immigration francophone du Centre-Sud-Ouest (RIFCSO), par le biais des Comités locaux en immigration francophone (CLIF) de Toronto et de Peel, a invité, le 1er novembre, la communauté à la présentation publique du rapport Analyse des besoins des immigrants francophones dans la région de Toronto et de Peel à l’auditorium du Collège Boréal.

Cette étude, réalisée en partenariat avec le cabinet Brynaert, Brennan et Associés au cours des deux dernières années est la première étude de besoins menée par le RIFCSO couvrant deux régions où réside la population francophone la plus importante du Centre-Sud-Ouest ontarien.

L’objectif principal de cette rencontre était de sensibiliser le public aux besoins actuels des immigrants francophones et d’engager des discussions sur des moyens d’améliorer les services pour mieux répondre aux besoins émergents.

Il s’agissait également d’une opportunité de rencontres et d’échanges avec les acteurs clés de l’immigration francophone de ces deux régions pour mieux cerner les enjeux et défis auxquels font face les immigrants francophones.

La présentation réunissait des représentants des organismes communautaires tels que le Collège Boréal, les conseils scolaires MonAvenir et Viamonde, FrancoQueer, La Maison de Toronto, Oasis Centre des femmes et des représentants du Bureau des nouveaux arrivants de la Ville de Toronto.

« Les immigrants francophones font face aux mêmes difficultés que les immigrants en général dans les régions de Toronto et de Peel, voire aux difficultés auxquelles sont confrontés tous les résidents de la région métropolitaine. On parle ici de l’accès au logement abordable, l’accès à l’emploi et la sécurité d’un revenu suffisant, et la clé est la maîtrise de l’anglais, langue de travail », précise le rapport.

Les personnes immigrantes interrogées dans le cadre de cette recherche n’expriment pas leurs besoins en fonction du modèle connu des services d’établissement.

« Les enjeux de santé mentale sont de plus en plus présents dans le discours public et dans les considérations de politiques publiques. L’expression du ressenti des personnes immigrantes est frappante dans les groupes de discussion. Par conséquent, le stress et la détresse sont liés aux difficultés de vie quotidienne (logement, nutrition, garde des enfants, accès aux services de santé, vie familiale et de couple), décrit le document présenté par le RIFCSO.

« Il y a aussi les espoirs trahis d’une fausse promesse d’un pays bilingue, où l’on peut vivre et travailler en français partout au Canada. Puis, le sens de dévalorisation de la personne provoqué par un ensemble de facteurs professionnels (statut d’emploi, reconnaissance des compétences et diplômes, etc.). Et enfin, la perte de repères socioculturels et le coût psychique de la reconstruction identitaire fondée sur des identités multiples, en particulier pour les groupes marginalisés (communautés racialisées, LGBTQ+, femmes).

« Ces ressentis ne sont pas une expression de nouveaux besoins. Ils sont cependant une base importante du design des services d’établissement en français. »

Autres sujets traités dans cette étude : la proximité géographique des services offerts en français pour les familles immigrantes, l’accessibilité à un logement salubre et abordable, les soins de santé, la justice et les services de garde d’enfants.

Les répondants à cette enquête ont aussi mentionné l’importance de la stabilité et de la qualité des services offerts en français ainsi que la continuité opérationnelle, car les défis de rétention du personnel entraînent une conséquence directe sur la continuité et le maintien de la qualité des services.

Pour le consultant Matthieu Brennan, « il faut développer le lien avec la clientèle immigrante au-delà du transactionnel. Cela demande un investissement plus important et doit être mentionné dans les dossiers par les établissements auprès d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) ». Parmi les chiffres mentionnés, 80 % des services d’établissements sont consommés dans les 16 premiers mois par les nouveaux arrivants et 20 % sont étalés dans les deux années qui suivent.

Afin de viser une égalité réelle dans les services aux personnes immigrantes francophones, plusieurs recommandations émergent de cette étude. Tout d’abord, formaliser les services d’accompagnement pour les besoins de base.

« L’aiguillage vers de nombreux services de la communauté pouvant aider à répondre aux besoins de logement, santé et sécurité dirige les personnes immigrantes francophones vers des tierces parties anglophones à Toronto et Peel.

« IRCC, de concert avec les parties prenantes gouvernementales et communautaires, devrait appuyer le développement de services spécialisés dans les communautés francophones en situation minoritaire ou l’adaptation en français de ces services destinés principalement à une population immigrante francophone, indiquent les conclusions du rapport.

« Le tissu social de la communauté d’accueil francophone dans les régions de Toronto et de Peel est plus étiré que ne l’est celui de la communauté d’accueil anglo dominante. Les fournisseurs de services d’établissement en français doivent donc consentir un investissement relationnel plus important auprès de leur clientèle. Un groupe de travail des fournisseurs de service devrait mener une réflexion sur le design des modalités de services holistiques afin de mieux répondre aux enjeux psychologiques et socio-émotionnels sous-jacents la livraison transactionnelle de services. »

Le rapport détaillé peut être téléchargé ici. 

La 11e Édition de la Semaine nationale de l'immigration francophone : Une terre accueillante dans le Centre Sud-Ouest de l'Ontario et cinq faits saillants

La 11e Édition de la Semaine nationale de l'immigration francophone : Une terre accueillante dans le Centre Sud-Ouest de l'Ontario et cinq faits saillants

La 11e édition de la Semaine nationale de l'immigration francophone s'est achevée dans le Centre Sud-Ouest de l'Ontario (CSO), laissant derrière elle une empreinte vibrante de diversité, de partage culturel et de célébration de l’accueil de nos communautés francophones du CSO. Du 5 au 11 novembre, les membres de nos communautés ont bénéficié des festivités visant à célébrer l’apport des nouvelles arrivantes et nouveaux arrivants francophones à la vie canadienne, mais notamment d’une édition offrant matière à réflexion au rapprochement entre les personnes immigrantes et les communautés autochtones.

Fait 1 - Une conversation littéraire pour lancer la Semaine en douceur

Le 5 novembre, les Éditions Terre d’accueil, en collaboration avec le RIFCSO et la Fédération culturelle canadienne française, ont organisé dans les locaux de l’Université de l’Ontario français (Toronto) une conversation littéraire avec trois auteurs issus de l’immigration : Gabriel Osson, Christelle Davis et Didier Leclair, avec l’animation de Lamara Papitashvili. Les auteurs présents ont partagé leur parcours d’intégration ainsi que l’influence de celui-ci sur leur écriture. Une discussion chaleureuse et enrichissante ! Le texte de Richard Caumartin sur Le métropolitain va donner un peu plus de détails.

 Semaine nationale immigration francophone CSO 2023Lancement de la Semaine nationale immigration francophone 2023 dans le Centre Sud Ouest de l'Ontario

Fait 2 - Lancement de la première vidéo en français visant à promouvoir la région de Durham

Après deux ans et demie de travail acharné, le Comité local en immigration francophone de Durham et ses partenaires ont célébré la Semaine en lançant officiellement la première vidéo en français visant à attirer les nouveaux arrivants francophones dans la région de Durham. La vidéo met en lumière différents témoignages de résidents et d’immigrants francophones sur la réalité de vivre en français dans cette région, facilement connectée à Toronto via GoTrain.

Cette réalisation a été rendue possible grâce à la détermination et à la volonté d’attirer de nouveaux arrivants francophones, ainsi qu’au financement de différents organismes tels que le PAFO, IRCC, etc. Azza Youssef, membre de l’ACFO-DP, en parle davantage lors de son entrevue radiophonique avec Isabelle Ménard dans l’émission ‘Dans la mosaïque’. Lien de l’entrevue.

 

Fait 3 - Projection de plusieurs films organisée par l’Office national du film du Canada

Cette année, l’ONF a proposé quatre programmes, destinés à des publics différents, permettant d’ouvrir les esprits et susciter des discussions sur les réalités des immigrants et immigrantes francophones au pays, d’hier à aujourd’hui. Les films ont été projetés dans toute la région du Centre Sud-Ouest de l’Ontario.

À Welland, dans la région du Niagara, le Comité local en immigration francophone du Niagara et ses partenaires ont projeté le film La diversité au Canada lors de leur activité intitulée Partage entr’âges : conversons sur la diversité.  « (Le film) évoquait les défis de l’immigration. Il retraçait la vie de deux familles, une chinoise et l’autre africaine, qui avaient espoir de se bâtir une vie meilleure à leur arrivée au Canada. Les deux visions apportent deux regards différents sur les barrières, les enjeux ou les défis d’immigrer dans un pays, en fonction de son pays d’origine. » explique Fété Ngira-Batware Kimpiobi, directrice générale de Sofifran dans le journal Le Régional. Vous pouvez en lire plus en cliquant ici.

2Partage entr'âge à Welland - activité organisée dans le cadre de la Semaine 2023

À Chatham-Kent, le Collège Boréal, en collaboration avec le RIFCSO et le Partenariat local en immigration du Chatham-Kent, a organisé une journée portes ouvertes de son bureau local en projetant le film « Spiritualité d’aujourd’hui : À pleine voix ».

Fait 4 - Collaboration étroite avec les organismes partenaires pour souligner la Semaine

Le 9 novembre à Windsor, le forum annuel communautaire du PLI Windsor – Essex (En anglais : WE LIP), a vu la participation et la collaboration du CLIF Windsor-Essex-Chatham-Kent pour la première fois.

Cet événement a offert aux participants, qui sont des organismes communautaires et institutionnels, l'occasion de partager les réalisations collectives du WE-LIP de l'année écoulée comme d’habitude. Pour l’édition de cette année, la diversité de la communauté francophone a été mise en valeur. L’initiative d’un passeport a été mise en place, invitant les participants à découvrir les différentes communautés francophones en faisant la tournée des tables présentes, ce qui a été très apprécié.

3Des organismes francophones de la région présents au forum annuel organisé par le WE LIP

Les10 et 11 novembre, la région de London a organisé plusieurs activités dans une collaboration entre le CLIF et ses partenaires, ainsi qu’entre le CCFL et les groupes ethnoculturels. Vous pouvez en lire plus en visitant ce lien.

Le 11 novembre à Hamilton, la Communauté francophone accueillante de Hamilton a collaboré avec cinq associations ethnoculturelles de la ville pour organiser une journée d’accueil des nouveaux arrivants de la ville. Malgré la grève des chauffeurs de bus ce jour-là, on décomptait environ 130 personnes, y compris des membres de familles nouvellement arrivées. Ces familles se sont rassemblées pour partager et échanger sur l’intégration et les défis liés à l’accueil des nouveaux arrivants.

6La journée d'accueil des nouveaux arrivants à Hamilton, organisée par CFA Hamilton et cinq associations ethnoculturelles

Fait 5 – Les médias aident à amplifier la signifiance de la Semaine

Le RIFCSO, en tant que coordonnateur de cet événement dans le Centre Sud-Ouest de l’Ontario, est heureux de constater une bonne couverture médiatique pendant cette 11e édition de la Semaine.

Nous tenons à remercier les journalistes pour leur engagement exceptionnel dans la promotion de cet événement. Les différents reportages et entrevues ont certainement sensibilisé le grand public à l’importance de la diversité culturelle et à la contribution des immigrants francophones à la vitalité économique et sociale du Canada.

Nous apprécions votre dévouement à amplifier l’impact de la Semaine Votre soutien continu nous aide à susciter des discussions et des réflexions constructives sur les enjeux liés à l’immigration francophone au sein de notre société.

Alors que la Semaine nationale de l'immigration francophone tire à sa fin, nous encourageons chacun à poursuivre le dialogue interculturel et à maintenir l'élan de célébration au quotidien. Nous remercions chaleureusement tous ceux qui ont participé, organisé et soutenu cette 11e édition de la Semaine nationale de l'immigration francophone. Votre engagement indéfectible à faire de notre région une terre accueillante pour tous les francophones, anciens et nouveaux, est la pierre angulaire de notre réussite collective.

Rendez-vous l'année prochaine pour une nouvelle édition remplie d'échanges, de découvertes et de célébration de la diversité francophone dans le Centre Sud-Ouest de l'Ontario.

Ensemble, continuons à bâtir une communauté qui reconnaît la force dans la diversité et qui embrasse la richesse que chaque individu apporte.

 

Vitrine sur les services municipaux – présentation riche en informations aux organismes francophones, offerte par la Ville de Toronto

Vitrine sur les services municipaux – présentation riche en informations aux organismes francophones, offerte par la Ville de Toronto

La Ville de Toronto, en collaboration avec le Comité local en immigration Francophone (CLIF) de Toronto, a organisé le mercredi 20 septembre une rencontre sous le thème : Vitrine sur les services municipaux. Cette activité a réuni une trentaine de partenaires francophones ainsi que sept membres du personnel de la ville.

Cet événement, coordonné par Francesca Pecora du Bureau des nouveaux arrivants de la Ville de Toronto et Jean Claude N’da, agent de projet en charge de la région de Toronto, avait pour objectifs de :

  • Mettre en valeur la gamme variée de services et de programmes proposés par la Ville
  • Établir des liens de collaboration plus solides entre la Ville de Toronto et les organismes communautaires francophones

Au cours de cette rencontre, trois divisions de la ville ont présenté leurs services :

  1. Unité de financement communautaire : Présentation des possibilités de financement pour la conception et gestion des projets communautaires visant à fournir des services sociaux et à encourager l'engagement des résidents et à promouvoir le développement du leadership.
  2. Services sociaux et d'emploi de Toronto : Présentation des avantages financiers offerts par le programme Ontario Works, des aides à l'emploi et des aides sociales destinées aux Torontois.es.
  3. Administration de l'aide à l'hébergement et du logement : Présentation des initiatives et des politiques mises en places pour garantir l’accès à un hébergement temporaire et à des services de soutien intégrés pour les personnes en situation de précarité.

CLIF Toronto Vitrines services municipaux

Ces présentations ont permis aux participants francophones de mieux comprendre les procédures et les soutiens offerts par la Ville, tout en mettant en évidence certains défis, notamment ceux liés aux demandes de financement soumises en français et à leur traduction. 

''Cette présentation était une première dans la collaboration entre le CLIF et le bureau des nouveaux arrivants de la Ville de Toronto. Cette rencontre cherchait à répondre à un des besoins des membres du CLIF, à savoir une meilleure connaissance des programmes de financement et les services à la population offerts par certains départements de la Ville. Cette collaboration sera autant bénéfique pour la Ville de Toronto, car la communauté informera la formulation des nouvelles politiques en cours, que pour la communauté par une meilleure navigation des systèmes. Nous souhaitons ultimement un meilleur arrimage entre les besoins de la communauté francophone et les programmes et les services de la Ville de Toronto. '' - a partagé Jeanne Françoise Mouè, porte-parole du CLIF Toronto. 

Des recommandations, telles que la publication de statistiques sur l’utilisation des services municipaux par la communauté francophone et le recrutement de personnel francophone et bilingue au sein des divisions municipales, ont été suggérées aux présentateurs.

Jeanne Francoise et Francesca Vitrine des services municipaux CLIF TorontoJeanne Francoise Mouè (à gauche) et Francesca Pecora

Les partenaires francophones ont été encouragés à prendre contact avec les divisions municipales pour des questions plus spécifiques.

1er tournoi multisports à Hamilton : Par et pour les communautés francophones

Le 12 et 26 août derniers, la Communauté francophone accueillante d'Hamilton, en collaboration avec des partenaires communautaires locaux, a organisé le tout premier tournoi multisports de la ville, mettant en avant trois disciplines : l'athlétisme, le soccer et le basketball.

Cet événement s'inscrit comme l'une des activités phares du plan communautaire établi par le Conseil consultatif de la CFA Hamilton pour l'année 2023-2024. Son objectif principal est de renforcer les liens communautaires et de promouvoir l'inclusion et la diversité. Près de 300 participants et spectateurs ont pris part à ces deux journées.

La première journée du tournoi a débuté sous la pluie, mais cela n'a pas entamé l'enthousiasme des participants. Dans la catégorie de l'athlétisme, quatre catégories étaient représentées : les jeunes filles âgées de 12 à 14 ans, les jeunes filles de 15 à 17 ans, les jeunes garçons de 12 à 14 ans et les jeunes garçons de 15 à 17 ans. Un total de 28 jeunes ont participé à ces épreuves et trois jeunes de chaque catégorie ont été récompensés par des médailles et des prix.

1ere tournoi multisports Hamilton AthletismeDe gauche à droite : Nabila Sissaoui, coordinatrice projet CFA Hamilton, trois jeunes gagnantes athlètes (Reine, Grace et Nelly) et Maryline Batelot, administrice du groupe facebook Les francophones - Hamilton

Dans le volet soccer, six équipes issues de diverses communautés ethnoculturelles ont participé, notamment celles du Congo, du Rwanda, du Burundi, du Cameroun, du Tchad et de la Côte d'Ivoire. L'équipe rwandaise a remporté le titre de championne lors du match final contre l'équipe ivoirienne, témoignant ainsi de leur talent et de leur détermination.

1ere tournoi multisports Hamilton SoccerLes six équipes de soccer - 1ère tournoi multisports Hamilton

La deuxième journée du tournoi était consacrée au basketball et a rassemblé cinq équipes enthousiastes. Cette fois-ci, c'est l'équipe burundaise qui s'est illustrée en remportant la victoire.

Concernant le basketball, Never Gonna Stop (NGS), un partenaire communautaire fondé par un groupe de jeunes francophones basé à Hamilton, s'est associé aux organisateurs pour mobiliser une équipe de jeunes joueurs. Saifon Diallo, l'un des fondateurs de NGS et d'origine guinéenne, a partagé avec les jeunes participants du tournoi : "D'origine francophones, nous travaillons en étroite collaboration avec les organismes anglophones et nous recherchons constamment des possibilités de coopération avec les organismes francophones. Nous offrons des programmes de mentorat visant à connecter les jeunes avec des professionnels dans des domaines tels que la médecine, le droit, l'art, la musique, etc."

1ere tournoi multisports Hamilton NGSHervé Lenga, représentant de la CFA Hamilton, remercie NGS pour leur contribution

Le Conseil consultatif de la CFA tient à exprimer ses remerciements envers le Centre francophone Hamilton, qui a été le commanditaire de cet événement majeur. Le tournoi s'est conclu dans une ambiance joyeuse, permettant aux jeunes francophones et francophiles de profiter du beau temps en cette fin d'été.

Retrouvez d'autres photos de ce tournoi sur nos réseaux sociaux. 

 

 

Première édition du festival AfroJazz à Hamilton le 2 septembre

Première édition du festival AfroJazz à Hamilton le 2 septembre

Le 2 septembre prochains, les francophones et francophiles de Hamilton auront l'opportunité de profiter de l’AfroJazz Fest, un festival célébrant les cultures africaines et caribéennes, dans leur ville préférée, grâce à l’initiative de la Communauté francophone accueillante (CFA) de Hamilton.

Le Festival AfroJazz Hamilton est conçu pour célébrer les cultures africaines et caribéennes, afrodescendantes et francophones. Il offre une plateforme aux artistes locaux et internationaux pour se produire devant un public diversifié, permettant ainsi de partager leur musique et leur héritage culturel.

Initié en 2021 à Milton, le Festival AfroJazz est organisé par le Centre Canadien pour l’unité de la famille (CCF). Le Réseau en immigration francophone du Centre Sud Ouest de l’Ontario (RIFCSO) et le Centre francophone de Hamilton (CFH) sont ravis d’être en partenariat avec le CCF pour apporter cette fête artistique à Hamilton cet été. Cette initiative s’inscrit dans le cadre des efforts de la Communauté Francophone Accueillante (CFA) de Hamilton, un projet financé par Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) et coordonné par le RIFCSO.

L'édition de cette année du festival se tiendra en présentiel lors du 2 septembre de 14h à 19h, au parc Bayfront (200 Harbour Dr, Hamilton).

Le lieu choisi héberge Hutch’s Harbour Front, un des points d’intérêt présentés dans La ligne bleue, la balade interactive qui permet de découvrir les contributions des communautés immigrantes à la ville de Hamilton. C’est une autre belle initiative lancée à l’occasion de la journée des franco-ontariens 2022 par la CFA Hamilton.

« Nous sommes fiers de contribuer à la promotion de la culture francophone dans notre communauté à travers plusieurs différentes initiatives telles qu’AfroJazz Fest ou bien La Ligne bleue. Nous sommes très heureux de pouvoir compter sur l’expertise locale des partenaires clés de la région tels que le Centre francophone de Hamilton pour réaliser ce projet. Nous invitons tous les membres de la communauté, les résidents et les visiteurs à se joindre à nous pour célébrer la diversité culturelle et profiter de la musique et de la danse. » - a partagé Nabila Sissaoui, coordinatrice du projet CFA Hamilton.

« Le CCF est fier de contribuer au rayonnement de la culture afro-caribéenne, afro-descendante et francophone dans la grande région de Hamilton. Tout comme dans la région de Halton, le CCF souhaitons à travers ce festival, promouvoir le rapprochement culturelle en créant un espace d'échange et de dialogue interculturel afin de favoriser l’inclusion sociale.» - a déclaré Gracia Ibara, coordinatrice de projet  au CCF. 

Ne manquez pas cette opportunité de découvrir la richesse de la culture africaine, afrodescendante et francophone et de profiter de La Ligne Bleue. Nous vous attendons nombreux au Festival AfroJazz Hamilton 2023 !

Hamilton update correction1080 x 1080 fbook n Instag

Journée internationale de la femme Africaine à saveurs entrepreneuriales, le RIFCSO soutient Akwaba Community dans sa lancée!

Journée internationale de la femme Africaine à saveurs entrepreneuriales, le RIFCSO soutient Akwaba Community dans sa lancée!

En lien avec un des cinq axes stratégiques régionaux, notamment celui portant sur l’intégration et l’autonomie économiques, alignés avec le mandat des RIFs, sur lesquels sont basées la planification provinciale, la coordination régionale et l’action locale, le Réseau en Immigration Francophone du Centre-Sud-Ouest de l’Ontario (RIFCSO) a soutenu Akwaba Community dans l’organisation et le déroulement de la journée internationale de la femme Africaine (JIFA 2023).Le samedi 29 juillet dernier, dans les locaux du collège Boréal à Toronto, s’est tenue une célébration aux saveurs entrepreneuriales. En collaboration avec Le Mouvement Ontarien des Femmes Immigrantes Francophones (MOFIF), le Collège Boréal et le groupe de femmes entrepreneures Femmes Dynamiques de l’Ontario (FDO), la journée avait pour thème « Promouvoir la résilience de la femme africaine : défis, outils et ressources.» 

Comparée à la Journée internationale des droits des femmes célébrée tous les 8 mars à l’échelle mondiale, la JIFA, très peu connue, se tient tous les 31 juillet. Il y’a une soixantaine d’année, à l’origine, une héroïne, une pionnière, Aoua Keïta, militante et femme politique Malienne, figure de proue de l'indépendantisme, du syndicalisme et du féminisme. À l’initiative, la première rencontre du 31 juillet 1962, à Dar es-Salaam, en Tanzanie, pour la Conférence des Femmes Africaines, en vue de créer l’Organisation Panafricaine des Femmes, a fini par donner naissance à la JIFA. Le but initial était alors d’unir leurs forces afin de contribuer à l’amélioration des conditions de vie et à l’émancipation de la femme africaine.  

C’est par un poème de Léopold Sédar Senghor, célébrant la beauté et la résilience de la femme Noire que Mikhaela Sullivan, Agente de projet au RIFCSO et maîtresse de cérémonie a ouvert la célébration. Un intermède musical a eu lieu avant que soit passé la parole aux différents représentant.e.s des organismes communautaires présents sur les lieux dont Jean Claude N’da, Agent de projet, Porte-parole du RIFCSO pour l’occasion. Josiane Aboungono, représentante de l’honorable Caroline Mulroney, Ministre aux affaires francophones, était également présente et a pu remettre à Akwaba Community un certificat en reconnaissance de son engagement continu envers l'autonomisation des femmes africaines. Un message vidéo encourageant les femmes africaines et afrodescendantes envoyé par l’honorable députée Natalia Kusendova, Adjointe parlementaire aux Affaires Francophones, a été retransmis.  

D’entrée de jeu, la journaliste Carol Offi a modéré le Panel sur « La résilience des Femmes africaines : défis, outils et ressources pour les booster en entrepreneures ». Les invitées ont par la suite rejoint les salles dédiées aux quatre ateliers interactifs animés par : 

  • Marie Chantal Baguia , fondatrice de Machab Design et de Machab Consulting sur «Comment développer son réseau de soutien et décrocher des opportunités grâce aux réseaux sociaux». 
  • Ngalula Kalunda, Fondatrice de NK Consulting sur « La maîtrise des finances personnelles pour les femmes entrepreneures et futures entrepreneures ». 
  • Hermine Mbondo, fondatrice de l’agence B4brand sur la « Communication efficace et storytelling pour promouvoir votre entreprise ». 
  • Ndiallo Aw Badji, fondatrice du Groupe Mamy Kaya sur « De l'Afrique au Canada : Toute une offre de produits naturels ».  

L’atelier de Ndiallo Aw Badji s’est terminé par le partage d'expérience de Vanessa Amilia de Naly Shop vendant des produits cosmétiques dont le beurre de karité ; Ndieubott Cisséde de Tossoko Clothing ,entreprise de design vestimentaire basé sur le tissu africain et Mariamou Dieye de Succulence , offrant des superaliments d’origine africaine. Ces trois entrepreneures sont toutes membres de Femmes Dynamiques de l’Ontario, un organisme de réseautage entrepreneurial et de consommation par les pairs qui a fait son entrée sur la scène communautaire. Elles ont partagé avec le public les meilleures pratiques et quelques conseils utiles liés à la disponibilité des produits d'origine africaine sur le marché canadien. Par la suite, elles ont partagé avec les autres invitées la réalité de l’entrepreneuriat quand on est d’origine africaine, femme, immigrante, mais aussi mère et salariée. Cependant, elles ont encouragé les femmes africaines à sortir de leur zone de confort et à oser entreprendre afin de pouvoir asseoir une place de choix sur le marché canadien. En effet, l’augmentation du coût de la vie notamment dans la Grande Région de Toronto, ne permet pas souvent de vivre avec un salaire, un supplément de revenus permettrait non seulement de pouvoir joindre les deux bouts, de progressivement pouvoir insérer son entreprise dans le paysage entrepreneurial, mais aussi de faciliter son intégration socio-économique. Ces initiatives peuvent également paver la voie aux jeunes Afro descendant.e.s qui seraient motivé.e.s à suivre cette voie, à l’instar de Élan F.  

Avec l’implication du RIFCSO et de ses partenaires, Élan F est un incubateur dont l’objectif principal est de permettre aux nouveaux arrivants francophones ou bilingues de lancer et développer leur entreprise. Pour ce faire, ces derniers seront accompagnés dans tout le processus de création d’une entreprise afin de multiplier ses chances de réussite. En mars 2023, une soirée de clôture du programme a eu lieu. Au cours du programme, une trentaine de personnes nouvellement arrivées ont été formées et sept entreprises ont vu le jour. 

Ponctuée d’intermèdes musicaux, de tirages de prix, la célébration a également favorisé un environnement de réseautage propice à la création de liens durables et s’est achevée par un dîner savoureux et sur une note musicale. Akwaba Community s’estime fier de cette initiative et compte bien réunir chaque année tous ses partenaires communautaires pour avancer cette cause qui lui est chère. Pour l’organisme, c’est un plaidoyer permanent pour que femme africaine aussi se lève au Canada et construise sa propre émancipation et surtout son indépendance et son autonomie financières. Nous le savons, que nombreux défis sont au-devant d’elles. Qu’elles soient entrepreneures, dirigeantes dans la vie publique ou membres de conseils d’administration, plusieurs contraintes les empêchent de faire valoir leur potentiel. C’est pourquoi Akwaba Community, soutenu par le RIFCSO s’est positionné en offrant cette célébration aux saveurs entrepreneuriales pour lancer un message aux femmes Africaines : «vous en êtes capables ! Accomplissons-le ensemble !» 

Accueil des réfugiés et demandeurs d’asile dans le Centre Sud Ouest de l’Ontario : deux forums virtuels coordonnés par RIFCSO

Depuis juillet 2022, de nombreux demandeurs d’asile sont arrivés dans la région de Niagara. Par la suite, certains ont été relogés dans les régions de Windsor et de Peel. En juin, le Réseau a eu le plaisir de coordonner deux forums virtuesl afin de contribuer à leur accueil et établissement dans le Centre Sud Ouest de l’Ontario.

Deux forums virtuels d'échange et de partage ont été organisés, l'un en langue française et l'autre en langue anglaise, le 24 mai et le 29 juin derniers, par le RIFCSO en collaboration avec ses partenaires.. Environ cinquante représentants ont participé aux deux sessions, la plupart venant des régions de Windsor, de Peel et de Niagara. Les organismes francophones de Toronto et de London se sont également joints à ces forums.

Sous le thème de Main dans la main pour les demandeurs d’asile ! Pour un protocole efficace de l’accueil à la rétention, dans les communautés du Centre-Sud-Ouest de l’Ontario, la première rencontre a permis le partage d’expertises des organismes francophones à leurs pairs. La deuxième session a été réservée à l’expérience des organismes anglophones. Les deux sessions avaient pour objectif de renforcer les capacités des fournisseurs de services francophones dans l’accueil des demandeurs d’asile.

Ces deux sessions ont permis aux participants d’avoir une meilleure compréhension de la situation actuelle et des pratiques mises en place dans différentes régions.

Bonaventure Otshudi, Directeur des services aux nouveaux arrivants au Centre de Santé Communautaire Hamilton Niagara (CSCHN) et chef de file du Comité d’accueil des demandeurs d’asile dans la région de Niagara, était présent lors de la première édition du forum. Le comité a été établi par le CSCHN et est composé de : Welland Heritage Council and Multicultural Centre, Fort Erie Multicultural Centre, Niagara Folks Arts Multicultural Centre, YMCA de Niagara Falls, l’Aide juridique de l’Ontario, Ontario Works, les Conseils scolaires et les services d’emploi francophones et anglophones.

Selon lui, environ 3 000 demandeurs d’asile sont toujours logés dans 14 hôtels de Niagara Falls réquisitionnés par le gouvernement fédéral, parmi lesquels 260 demandeurs d’asile francophones devenus clients du CSCHN. Plus de 60 enfants d’âge scolaire ont été inscrits dans les écoles francophones du Niagara. 

Cette situation implique plusieurs défis, surtout au niveau du logement, de l’emploi, des soins de santé, de l’octroi des cours de langue pour n’en citer que quelques-uns, d’où la nécessité que tous les partenaires, tant francophones qu’anglophones soient impliqués. Plusieurs initiatives de collaboration à succès ont vu le jour comme la journée d’accueil qui a eu lieu le 3 décembre dernier pendant laquelle les demandeurs d’asile et leurs familles ont été chaleureusement reçus au CSCHN, en collaboration avec tous les partenaires francophones, en plus de la foire d’emploi bilingue qui a eu lieu le 17 mai dernier, avec 140 postes disponibles.

Les participants du forum virtuel ont apprécié le leadership du Centre de santé communautaire Hamilton – Niagara dans l’accueil des demandeurs d’asile dans la région de Niagara.

Journee daccueil des refugies 3 decembre niagara 2022 resizedJournée d'accueil dans la région de Niagara le 3 décembre (Crédit photo : Page Facebook du Centre de santé communautaire Hamilton Niagara)

Quant à la région de Windsor, Yasmine Joheir, Présidente du Comité local en immigration francophone (CLIF) de Windsor-Essex-Chatham-Kent, a partagé les bonnes pratiques mises en place en collaboration avec les partenaires anglophones lors de la première session.

Une initiative à succès du CLIF WECK est la création d’un centre pour les enfants. Il a été mis en place et géré par le Conseil scolaire Viamonde et le CLIF du 24 janvier au 3 mars 2023, qui a accueilli une quinzaine de familles. Cet espace était également un espace de socialisation pour les mamans.

Un lieu de dons de vêtements a également a été créé. Joheir a souligné l’apport précieux d’Unemployed Help Centre de Windsor, qui a remis des manteaux pour toutes les tranches d’âge ainsi que des cartes cadeaux. Grâce à Ontario Health, Team Windsor Essex et au Windsor Family Health Team, plusieurs articles essentiels pour les familles avec de jeunes enfants ont été distribués, notamment des poussettes, des sièges d’auto, des couches, des lingettes, plus de 300 tickets d’autobus, 4 500 $ en cartes cadeaux diverses, etc.

Toutes ces initiatives ont été réalisées en collaboration entre le CLIFWECK, le Partenariat Local en Immigration de Windsor Essex (WELIP) et la ville de Windsor. Un comité de travail et de réflexion impliquant Windsor Family Health Centre, Erie Shore Healthcare et Ontario Health a également été mis en place.

En juin, on dénombrait 626 adultes et 278 enfants demandeurs d’asile, francophones et anglophones confondus, qui ont été logés dans trois hôtels à Windsor.

Lors de la deuxième session, Michelle Suchiu, Vice-présidente du partenariat stratégique de Workforce Windsor Essex, a mobilisé plusieurs partenaires anglophones notamment la municipalité de Windsor, l’Assistance légale de Windsor (Legal Assistance of Windsor), le bureau de santé de Windsor – comté d’Essex, le Multicultural Council of Windsor and Essex County (MCC), pour présenter leurs expertises.

Les représentants d’IRCC et de Services Canada ont contribué aux deux sessions en partageant des données, des actions concrètes ainsi qu’en répondant aux questions posées par les participants.

« Les demandeurs d’asiles ne sont pas seulement des victimes ; ce sont des personnes résilientes qui apportent à nos communautés des compétences, des talents et une diversité culturelle de grande valeur. Ensemble, nous pouvons construire un avenir où nos futurs citoyens et voisins se sentiront en sécurité dans leur nouveau pays, cette terre accueillante, qui est le Canada » - a partagé Rosa Atmani, agente de projet en charge de la région London - Windsor.

Le Réseau espère que les partenaires francophones ont tiré profit de ces deux forums et les encourage à poursuivre la conversation et à continuer à renforcer leurs capacités en matière d’accueil pour d’éventuelles arrivées massives des demandeurs d’asile et réfugiés.